Actualités

Affiche La Pyantse 2022.png

La Pyantse, du bois au papier...

Deux initiatives de fabrication de planches à roulettes ont éclos cette année

Claire Pasquier - EXTRAITS CHOISIS
L’envie de proposer un produit sur lequel participent des acteurs locaux est aussi une préoccupation de La Pyantse (la planche en patois). Lancée ce printemps par Rémy de Sinner et Alain Rohrbasser, l’initiative comprend des ateliers pédagogiques de fabrication, mais aussi des séries limitées de planches artisanales, disponibles en ligne et bientôt à Surf Machine, à Bulle. Respectivement enseignant spécialisé et éducateur spécialisé, les deux compères ont d’abord testé leurs méthodes en institution où ils ont travaillé durant onze ans. «La réalisation de skateboards, c’est une mine d’or pour créer une situation d’apprentissage. On touche à tous les domaines disciplinaires du Plan d’étude romand», constate Rémy de Sinner.


Adeptes depuis l’enfance
Chez La Pyantse, c’est un changement de cap professionnel qui a incité Rémy de Sinner et Alain Rohrbasser à se lancer. A côté de leurs emplois respectifs, les deux habitants de La Joux disposent d’un local à Chénens où ils dispensent leurs ateliers sur inscription. «On se déplace aussi. Cet été, on a donné des ateliers lors de camps organisés par la société Alaïa à Crans-Montana», présente Alain Rohrbasser.
Les deux sont adeptes de glisse depuis leur tendre enfance et sont persuadés des bienfaits de leur projet: «La construction d’une planche, c’est concret et hypervalorisant.» Rémy de Sinner et Alain Rohrbasser développent également un projet avec l’association Limitless qui propose des initiations à divers sports à des enfants en situation de handicap.


Engouement croissant
L’éclosion de ces deux marques intervient alors que l’engouement pour les planches à roulettes ne faiblit pas. Alain Rohrbasser remarque aussi qu’un équilibre se crée, notamment avec la danse sur longboard et la création de crews de filles, d’équipes. «Avant dans les skateparks, c’était 99 garçons pour une fille.»
La Pyantse le sait: il est impossible de rivaliser avec l’industrie du skateboard pour devenir rentable. «C’est un métier de passion», insiste Rémy de Sinner.

CP


La Liberté 10.10.2021

La Pyantse passe à la radio...

Des skateboards made in Fribourg

 

Théo Chavaillaz s'est rendu la Pyantse à Chénens, dans le canton de Fribourg, pour apprendre à faire des planches de skateboard. A l'origine, cette manufacture était un projet pédagogique destiné aux élèves en rupture scolaire.

Rencontre avec Rémy de Sinner, l'un des deux fondateurs de l'atelier.

Le grand air, 16.07.2021, 8h36

624.jpg

Crédit image : Théo Chavaillaz - RTS